« Idiopathic Environnemental Illness » (OMS - 1996)

Une hypothèse est formulée pour expliquer l'apparition et le développement d’un Syndrome non spécifique dénommé « Multiple Chemical Sensibility » ou "sensibilité chimique multiple" sous l'influence des pesticides, produits chimiques domestiques, parfums, fumée de tabac, gaz d’échappement, additifs, particules issues des emballages, ... et des influences non-chimiques physiques (rayonnements électro-magnétiques) et/ou biologiques (moisissures, bactéries) et psycho-sociaux (peur des influences de l’environnement, menace de perte d’emploi, stress, …).

Ce Syndrome est considéré comme un trouble chronique acquis, non explicable à l'époque par une atteinte somatique, psycho-somatique ou psychiatrique connue et caractérisée par des symptômes récurrents ... et toujours pas clairement expliqué officiellement depuis ... Des recherches sont en cours, en particulier les travaux de l'équipe de Pr Dominique Belpomme à Paris, directeur de l’Institut Européen de Recherche sur le Cancer et l’Environnement (ECERI) (*)

Le "groupe" de patients concernés par ces phénomènes est « hétérogène », ce qui fait que les liens directs de cause à effet sont difficiles à mettre en évidence.

(*) une publication de Dominique Belpomme, Christine Campagnac et Philippe Irigaray* en 2015 met en évidence des "biomarqueurs" caractérisant l'électrosensibilité et la sensibilité chimique multiple comme deux aspects étiopathogéniques d'un trouble pathologique unique, in Rev Environ Health 2015; 30(4): 251–271. Pour découvrir le résumé en Français => 1454071769 abstract article reveh fr

Date de dernière mise à jour : 06/11/2016